Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Apple, championne de l'énergie renouvelable

iPhone7-3Up-AppleMusic_PR-PRINT.jpgSelon un classement très fouillé établi par l'association Greenpeace, Apple mène comme l'an passé le groupe des entreprises actives dans les technologies numériques menant une politique active dans la limitation de leur empreinte carbone. Ces gros consommateurs d'électricité visent tout simplement le cap des 100% d'énergie renouvelable, ce qui, selon Greenpeace, conduit les concurrents à faire de même. Apple est donc en tête, suivie de près par Google qui a annoncé il y a quelques semaines, avoir planifié d'arriver cette année à 100% d'energie verte. Ces deux géants de l'Internet sont rejoints cette année par Switch, un geant des data centers à l'échelle mondiale, qui vise lui aussi cet objectif pour 2017.

 

Si Apple, comme la plupart des entreprises technologiques, a une empreinte écologique globale propre à déclencher les critiques, il serait faux de penser qu'une entreprise de ce gabarit puisse ne pas tenir compte de l'avis de sa clientèle à l'échelle de la planète. C'est ce qui explique le dynamisme des géants des réseaux comme Google, Apple ou Facebook, à signer des méga-contrats avec des producteurs d'énergie renouvelable, de faire travailler des équipes d'ingénieurs sur le sujet, de construire des outils de production, comme des fermes solaires ou des champs d'éoliennes. On ajoutera qu'une fois de tels outils amortis, la production d'énergie verte pour compte propre a pour effet d'accroître la marge dégagée sur les services comme l'hébergement de données dans les vastes "data centers", gros consommateurs d'énergie.

Cette course vers l'énergie verte est aussi un des moyens pour les géants de l'Internet, de s'assurer un approvisionnement fiable, capable de soutenir leur croissance. A cet égard, on pense aux pas de géant du leader mondial de l'e-commerce, Amazon, qui tire des revenus de plus en plus importants de ses services "cloud" (hébergement). Ici, Greenpeace reste sceptique sur l'ampleur des résultats d'Amazon, en dépit des promesses faites par le poids-lourd américain, et note un manque de transparence dans la ventilation des approvisionnement actuels (nucléaire, charbon, éolien, hydro, etc.).

Greenpeace note que la transition d'une série d'entreprises vers les services cloud accroît le risque au moins temporaire d'un recours aux énergies fossiles polluantes, ou aux énergies alternatives dangereuses dans l'absolu comme le nucléaire. Le groupe de pression note que le manque de transparence sur les sources d'approvisionnement des entreprises asiatiques (Chine, Corée) évolue dans le bon sens, ici aussi sous la pression des plans annoncés par les leaders industriels locaux.

Les commentaires sont fermés.