Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Des smartphones pour agents secrets

image.jpgEdward Snowden, qui a rompu la loi du silence à propos de la manière dont les services secrets américains contrôlent l’univers Internet, a donné naissance sans le vouloir à une nouvelle sorte de services en ligne sécurisés, et même à des smartphones capables de protéger efficacement les données de leurs utilisateurs. Le BlackPhone, le Privacy Phone ou même le "Snowden Phone" existent déjà et sont en vente (pas partout dans le monde) pour satisfaire les amateurs de discrétion. On est ici dans le monde des start-ups et le BlackPhone, dont le site commercial est hébergé en Suisse, a été conçu en tandem par la société espagnole GeeksPhone, spécialisée dans les systèmes d’exploitation mobiles alternatifs, et par l’américain Silent Circle, spécialisé dans les communications mobiles sécurisées.

L’appareil est maintenant disponible après une période de présentation et de test. Apparemment, il y a de la demande. Une demande rencontrée, toujours dans le monde des start-ups, par l’américain FreedomPop qui vient par ailleurs de lancer la campagne pour son offre d’appels mobiles gratuits en Belgique et qui, surtout, commercialise aux Etats-Unis un smartphone dont les fonctionnalités ont été développées sur le thème de la sécurité et de la confidentialité, le Privacy Phone. Il est même possible de payer ce joujou en Bitcoins, question de masquer l’identité du destinataire réel. Services distincts, cloud sécurisé On est, en gros, dans un marché typique de la paranoïa qui fait acheter par pas mal d’Américains des riot guns, des 4X4 aux allures de véhicules militaires ou des systèmes d’alarme sophistiqués. Mais il y a une demande de marché pour les appareils étiquetés "privacy" qui donne des ailes à leurs promoteurs. La semaine dernière, effrayée par ces nouveaux venus, BlackBerry, qui n’en finit pas de s’effondrer, a tenté de dénigrer les BlackPhone en estimant que les fonctionnalités proposées par ces derniers figuraient déjà parmi celles des BlackBerry… L’équipe BlackPhone a simplement rétorqué que, comme d’autres acteurs du marché, elle récupérait les clients de BlackBerry… Pour 630 dollars, on achète la sécurité ? On achète un smartphone "normal", mais surtout un ensemble logiciel adapté. Et des services distincts à la carte dans un cloud sécurisé, gratuits pendant deux ans puis payants selon un abonnement mensuel. Est-ce intéressant ? Pour Christophe Pétiau (Speed.be), "le BlackPhone est carrément l’exemple que devraient suivre Apple, Nokia, Samsung, qui sont des Gruyères en termes de protection des données. En tant que juriste, je peux vous dire que la protection améliorée que donne le BlackPhone n’a rien d’illégal, au contraire, elle renforce la garantie du respect de la loi sur la vie privée et la protection des données à caractère personnel." Et en pratique ? "Il y a des inconvénients comme l’identification systématique ou le freinage des fonctions de l’appareil par les procédés de cryptage. Le profilage n’a pas que des mauvais côtés : on utilise un appareil qui demande moins de renseignements et simplifie l’utilisation." Pour Grégoire Bourguignon (Astel.be), "il y a clairement un début de demande pour ces appareils qui sont encore très peu connus. On parle de plus en plus de la sécurité des appareils mobiles. C’est donc un bon produit adapté à la demande, alors qu’Android et iOS donnent trop le sentiment d’utiliser nos données personnelles. Récemment, surfant sur la toile, j’ai vu un message dans une page Google me disant : "selon votre smartphone, vous êtes à Schaerbeek". Pour moi, c’est un peu trop !"

Patrick Van Campenhout

Les commentaires sont fermés.